◄ Retour aux actualités

Les matinales Rêvez d'ailleurs - La dynamique de la gagne

Les matinales Rêvez d'ailleurs - La dynamique de la gagne
Un n°1 mondial à L’Atelier

Quel meilleur écrin que L’Atelier et son atmosphère de club anglais pour recueillir l’histoire d’un grand champion de tennis ? Le 17 avril, autour d’un petit déjeuner, Rêvez d’ailleurs vous a convié à une belle rencontre : celle de Stéphane Houdet, ancien n°1 mondial de tennis en fauteuil (toujours n°1 en double) et vainqueur de 22 tournois du Grand Chelem.

Privé de l’usage de son genou gauche suite à un accident de moto, Stéphane Houdet, alors vétérinaire, se met au golf et devient rapidement n°1 européen. Une rencontre avec l’ancien champion de football Johan Cruyff lui ouvre les yeux : ne prenait-il pas un plaisir fou à jouer au tennis dans sa jeunesse ?

Il prend alors une décision difficile : celle de se priver définitivement de sa jambe gauche pour renouer avec sa passion d’antan. Un choix audacieux, mais ô combien judicieux : il remporte le premier tournoi de tennis qu’il dispute, et n’en perdra plus beaucoup par la suite…

Du handicap au rebond…

Son histoire est celle d’une renaissance, ou plutôt d’une transformation, physique comme psychologique, et d’un questionnement sans détour sur l’estime de soi, l’acceptation de la réalité, la manière de se fixer de nouveaux objectifs quand les anciens se sont évanouis. Une histoire qui met nos représentations à rude épreuve. Qui est handicapé ? Quelle différence entre un échec et une victoire ? Comment voir le verre à moitié plein quand tout nous pousse à le voir complètement vide ? Le handicap est un champ parfait pour nourrir cette réflexion. En faisant défiler des photos de personnalités ou de situations, Stéphane Houdet bouscule nos certitudes.

Un exemple parmi d’autres : cette mère de famille avec un bébé dans le creux d’un bras, poussant sa poussette de l’autre et des sacs de courses dans la main, le téléphone coincé entre l’oreille et l’épaule, probablement pour un coup de fil important… Elle est sans aucun doute valide sur le plan physique, mais n’est-elle pas pour autant handicapée à l’instant t, par sa situation, le chevauchement de ses priorités, sa vie ? De son propre aveu, le jour où Stéphane Houdet s’est senti le plus perdu, sa jambe n’y était pour rien. C’était en se retrouvant à Pékin pour disputer les Jeux Olympiques, où l’incompréhension totale des inscriptions, des directions et de la langue, ajoutée à la pression de l’événement, l’ont fait se sentir comme rarement en situation de handicap.

Le handicap n’existe que dans un contexte donné. Changer ce contexte peut signifier changer de sport, de matériel ; cela signifie plus largement s’adapter, et chercher en chaque contrainte des opportunités à explorer.

Résilience et optimisme : les moteurs de la gagne !

« Je ne suis pas normal. Je suis un champion », titrait L’Equipe au lendemain de son sacre à Roland Garros. Avec son ami Roger Federer, il partage beaucoup de choses : avoir été n°1 mondial et chercher à le redevenir malgré l’âge et les obstacles ; avoir eu, aussi, deux paires de jumeaux. « Mais il y a une chose plus essentielle encore », nous confie-t-il : la gagne. Un concept difficile à définir, et qui commence peut-être par son contraire, l’échec.

Accepter l’échec, c’est accepter l’idée que même avec une préparation parfaite, la différence entre une victoire et une défaite tient à… presque rien. « De la même manière qu’un accident, un but à la dernière minute ou une balle de break manquée font basculer votre monde d’un côté ou de l’autre », explique Stéphane Houdet. La différence entre ces événements n’étant que l’importance que nous voulons bien leur attribuer. Avec le recul, sa plus belle médaille fut sans doute une médaille d’argent. Une défaite donc, mais qui faisait suite à un match exceptionnel, intensément humain, et lui donnait une envie incroyable de revenir pour gagner.

L’instinct de la victoire

Passer de l’échec à la victoire, c’est savoir se livrer tout entier à l’instant t. Au tennis comme dans les moments clés de la vie, il faut parfois saisir plutôt que réfléchir. Trouver du plaisir plutôt que calculer. Le tennis est un sport particulier pour le mental : un joueur n’y est en mouvement que 20 % du temps. Le reste est constitué de pauses, de sorties de balle, de services, changements de côté… Le match dure des heures ; le moment de frapper une balle importante, lui, se compte en dixièmes de seconde. Un angle imparfait, une position inadéquate du corps, une nervosité excessive, font partir tous les calculs en fumée.

Trouver ce chemin de crête entre cerveau analytique et cerveau reptilien est une clé de succès pour les sportifs de haut niveau comme pour toute tentative de dépassement de soi. Un sportif se prépare ; il prévoit son programme d’efforts sur des semaines, des mois, des années. Tous le font. Mais un seul gagnera : celui qui parvient, à l’instant ultime, à libérer son corps et son instinct, s’en remettre à eux… Et ne plus se préoccuper que de plaisir.



Témoignages


« Un travail passionnant sur la perception », Julie Weber, Recruteur Europe chez Amazon Logistics

« L’Atelier est un endroit formidable, joli et chaleureux, qui change beaucoup des salles de conférence traditionnelles et qui pourtant s’y prête à merveille. Le discours de Stéphane Houdet était très riche. Sa manière de mettre en scène son histoire en la reliant à des concepts communs fait que chacun y trouve un parallèle avec sa vie, sportif ou non, handicapé ou non. C’est un travail passionnant sur la perception et sur la manière de générer en nous un rebond. »


« On se sent tout de suite chez soi à l’Atelier », Olivia Garnier, Responsable Communication d’AbbVie, société Recherche et Développement de produits pharmaceutiques

« J’ai adoré la philosophie de Stéphane Houdet, que je ne connaissais pas et qui m’a impressionnée par son regard positif et ses mots pleins de sérénité. Je ne connaissais pas non plus L’Atelier, qui est un endroit tellement agréable et confortable qu’on se sent tout de suite chez soi. »


« Voilà un champion ! », Marc Estang, Gérant de BC2M Consulting

« J’ai adoré la personnalité de Stéphane Houdet. Voilà un champion ! C’est un parcours riche, atypique, intéressant sur tous les plans et surtout le plan humain. Je suis comme lui : pas un champion, mais quelqu’un qui a besoin du contact humain pour nourrir sa motivation. Je connaissais déjà Rêvez d’ailleurs et ses matinales, mais j’étais toujours allé au Karé, qui est un super lieu. J’en découvre un nouveau aujourd’hui, très agréable aussi. »


« Comme un chez soi qu’on rêverait d’avoir », Johann Granara, gérant de Signarama

« Ce site est vraiment inspirant et relaxant. Comme un chez-soi qu’on rêverait d’avoir. Nous organisons souvent des événements pour réunir nos collaborateurs, et il est évident que je regarderai chez Rêvez d’ailleurs si un lieu nous conviendrait. Quant à l’intervenant, il a tenu un discours vivifiant et stimulant. Avec lui, on a l’impression que savoir rebondir est presque facile… »


« L’Atelier est magique, tout simplement », Christine David, Assistante de direction au sein du groupe Pages Jaunes

« J’ai vraiment apprécié ce moment. Connaissant Rêvez d’ailleurs, je suis venue avec plaisir. J’ai été très touchée par l’intervenant, car nous avons vécu dans ma famille un accident terrible il y a quelques mois. Entendre un discours aussi positif me fait du bien et m’aide à voir les choses d’une autre manière. Dans notre société, nous oublions parfois des choses essentielles. Stéphane Houdet remet les choses à la place qui leur revient, il nous rappelle nos priorités. Etre un gagneur n’est pas forcément gagner tout le temps, par exemple. Sa force morale et son talent de conteur sont admirables. Quant à l’endroit, je connaissais le Karé mais L’Atelier est magique, tout simplement. On n’a pas du tout envie d’en partir. C’est exactement ce que nous recherchons lorsque nous organisons des évènements. Et avec son côté très cosy, ce serait même l’endroit parfait pour un brainstorming, pour réfléchir ensemble… C’est une idée à creuser ! »


« Un lieu qui invite à se rencontrer vraiment, à parler », François Loncle, Directeur associé d’Event Organisation

« J’accepte rarement les invitations à des petits déjeuners et des conférences, mais connaissant Rêvez d’ailleurs je n’ai pas hésité car c’est toujours intéressant, et toujours un lieu agréable qui invite à se rencontrer vraiment, à parler. Voyez : je suis même venu ce matin avec mon fils, qui est fan de tennis et qui, comme moi, a été impressionné par le parcours de ce grand Monsieur ! »

Appeler

Contact

Devis