◄ Retour aux actualités

LES MATINALES RÊVEZ D'AILLEURS - INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

LES MATINALES RÊVEZ D'AILLEURS - INTELLIGENCE ARTIFICIELLE
L'âge de la disruption: L'Atelier à l'heure de l'IA

Quels changements occasionnent l’intelligence artificielle ? Faut-il la craindre ? Le 28 septembre dernier, l’Atelier a accueilli Stéphane Mallard, l’évangéliste digital français, pour décrypter les bouleversements qui se profilent au sein de notre société…
« Préparez-vous à changer le monde » car l’intelligence artificielle (IA) est bien plus qu’une révolution, c’est une disruption totale du système existant ! L’IA nous fait basculer de l’ère de l’informatique - basée sur la programmation par l’homme - à une ère où les machines deviennent apprenantes, » explique Stéphane Mallard. L’avènement de l’IA suscite des interrogations, voire des angoisses. Dans ce cadre, deux analyses s’opposent : d’un côté les économistes qui prédisent des suppressions d’emplois et l’apparition de nouveaux jobs ; de l’autre des entrepreneurs visionnaires de la Tech qui défendent une réelle création de valeur.


Déterminisme et prédictivité vs libre arbitre
De quoi s’agit-il ? Nourris avec une multitude de données (schémas, photos…), les algorithmes apprennent à reconnaître leur environnement (machine learning) et à interagir avec lui, comme un humain le ferait.

« Tout cela repose sur un postulat : nos actions sont prédictibles et reproductibles, car elles dépendent de conditions extérieures. Notre libre arbitre n’est qu’une illusion » souligne S. Mallard. C’est ainsi que fin 2017, l’algorithme de Google bat le meilleur joueur de go - un jeu millénaire chinois réputé comme l’un des plus difficiles.

L’algorithme de Facebook, en corrélant de nombreuses variables (âge, fréquence de connexion, type de posts effectués, etc.), est capable de déterminer si un individu va se suicider et le sauver. Google peut déduire votre niveau de vie, bien mieux que ne le ferait une banque grâce aux données collectées sur vous...


Des assistants intelligents partout et pour tous
L’IA investira tous les champs de notre vie : la santé, les transports, l’énergie, les loisirs... Il y aura des algorithmes derrière chacune de nos activités, le but étant de comprendre ces dernières et les reproduire.

Demain, nous évoluerons dans un nouvel écosystème fait d’assistants intelligents. Ces « alter ego digitaux » (copie parfaite de notre personne) se tiendront à notre service tels des majordomes. Plus besoin de tablettes, ni d’ordinateurs ou smartphones, ils prendront en charge notre quotidien en communiquant avec d’autres assistants intelligents ». Pour organiser une soirée, notre assistant intelligent se connectera avec l’assistant intelligent de nos amis, du frigo, de l’épicerie, etc.


Un déplacement de la création de valeur
Concrètement, qu’est-ce que cela changera dans nos métiers ? La connaissance, accessible en abondance, n’a déjà plus de valeur… C’est le règne de l’expertise, à savoir la capacité à traiter la connaissance grâce à l’éducation, l’intelligence et l’expérience.

Demain, l’IA opérera un véritable déplacement de valeur. Les assistants intelligents auront appris à reproduire les expertises (des actes médicaux, par exemple), et seul ce qui relèvera purement de l’humain aura une vraie valeur. « On n’ira plus chez le médecin X pour son expertise, mais pour son empathie, la relation et la confiance qu’il développe avec ses patients. Nous aurons donc tout intérêt à renforcer nos qualités humaines. Du moins, tant que l’IA n’aura pas encore maîtrisé le langage... » précise S. Mallard.


La destruction de nos business models pour survivre
L’IA ne constituera pas un facteur différenciant, puisque les algorithmes seront utilisés par tous et partout. En revanche, il sera essentiel d’opérer une disruption dans son activité et non pas une simple transformation digitale. Aujourd’hui, les entreprises partent de leur cœur de métier pour l’optimiser avec du digital. Une grosse erreur. C’est ainsi que Kodak, pour survivre au numérique s’était repositionné sur l’impression de photos, lui valant un échec cuisant.

Il faut donc créer l’obsolescence de son modèle économique pour le réinventer. C’est le cas de Netflix qui, livrant à ses débuts des DVD par la Poste, a « tué » son activité pour proposer du streaming, et projette maintenant de faire disparaître ce dernier au profit d’une vraie expérience utilisateur : celle d’entrer dans les films grâce à des substances hallucinogènes ! Regarder une vidéo de manière classique deviendra vite dépassé…

Si l’IA préfigure notamment l’avènement de plateformes d’indépendants ou la nécessité de développer ses soft skills, « rassurez-vous, elle permettra surtout de mieux vivre et en meilleur santé. De nombreuses avancées entre autres sur le plan médical sont à prévoir comme des diagnostics précoces de cancers ou d’Alzheimer » conclut Stéphane Mallard, auteur de l’ouvrage Disruption : Intelligence Artificielle, fin du salariat, humanité augmentée.


TÉMOIGNAGES :
Devi Vidjeacoumar, Chef de projet digital, BIOGARAN
« C’était inspirant ! Le conférencier a su rendre le sujet très concret, à travers de nombreux exemples. Je découvre l’Atelier avec beaucoup de plaisir. C’est un lieu très cosy. »

Édouard Olivier, Directeur de la Communication Corporate et de la Marque, ORANGE
« C’est un très bon décryptage de l’IA. L’intervenant a su vulgariser la thématique avec beaucoup de pédagogie. C’est une excellente idée de faire découvrir l’Atelier lors d’un événement. Cela nous permet de nous projeter. »

Sandrine Cayeux-Foustine, Business Lab Director, KANTAR WORLDPANEL
« J’ai adoré la conférence ! La thématique était passionnante et l’intervenant très charismatique. Il a su démocratiser l’IA ! Ce lieu est très lumineux et apporte beaucoup de convivialité, j’adore ! »

Guillaume de Maharel, Dirigeant de ANONYMATE
« C’était une très bonne conférence, avec un éclairage différent sur l’IA. L’Atelier s’y prête tout particulièrement. »